Smallville Site Web

Interview de Tom Welling dans Séries Mag n°20

Parmi tous les super pouvoirs de Clark, lequel aimerais-tu posséder ?
L'autre jour, je n'arrivais plus à retrouver mes clés de voiture et j'aurais vraiment aimé avoir la vision aux rayons X de Clark pour remettre la main dessus ! [rires] Mais je ne suis qu'un être humain... C'est d'ailleurs une chose que les réalisateurs de la série ont parfois tendance à oublier. Une fois, sur le tournage, le metteur en scène est arrivé tout excité et il m'a dit : "Ecoute, Tom, dans cette scène, je voudrais que tu dépasses une voiture en courant, puis que tu rattrapes le type de l'autre côté de la rue en le soulevant du sol". Je lui ai répondu que c'était bien joli sur le papier, mais que je n'étais pas Clark Kent. C'est juste un rôle, je ne possède ni super pouvoirs, ni force herculéenne ! [rires]
Est-ce que, malgré tout, tu t'entraînes pour te maintenir en forme ?
Oui, je fais beaucoup de jogging et aussi de la musculation. Mon contrat stipule que je n'ai pas le droit de prendre du poids, alors je suis obligé de surveiller mon alimentation. Je ne peux même plus pratiquer mon sport préféré, le basket, parce que je pourrais me blesser et qu'il ne serait pas crédible de montrer Clark avec un oeil au beurre noir ou des bleus sur le corps. Je n'ai même plus le droit de bronzer car les scénaristes n'arrivent pas à décider si la peau d'un extraterrestre invulnérable peut changer de couleur au soleil...
Est-ce que le tournage des scènes où Clark doit accomplir des exploits surhumains te demande beaucoup d'efforts ?
Les effets spéciaux me facilitent la tâche et puis, bien sûr, ma doublure est chargée d'effectuer les cascades les plus dangereuses. Mais les scènes les plus anodines sont parfois les plus pénibles. Dans le premier épisode, quand on voit Clark accroché sur une croix dans un champ à la manière d'un épouvantail, il était trois heures du matin et il faisait moins dix degrés. Tout le monde sur le plateau portait des parkas, des bonnets et des écharpes. Pendant ce temps, moi, je me gelais à moitié nu, vêtu seulement d'un caleçon. Il y avait deux chauffages placés derrière moi, hors du champ de la caméra, et on m'a laissé porter des bottes pour certains plans. Mais c'était quand même très désagréable.
Après "Smallville", ne crains-tu pas que le rôle de Superman te colle à la peau ?
Oui, un peu. Mais j'aime penser que Clark Kent n'est qu'une nuance dans ma palette d'acteur et que je serais tout aussi capable d'incarner un tueur en série. Ce métier est très instable. Quoi qu'on fasse, on risque toujours d'être catalogué ou de ne plus travailler. J'ai beau avoir un contrat de cinq ans, je peux à tout moment perdre mon emploi actuel. Quand j'ai parlé de mes craintes à mon père, il m'a dit que, dans une carrière, il fallait saisir les opportunités quand elles se présentaient et travailler dur, car on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Alors, j'essaie de m'en tenir à ça, sans me prendre trop la tête.
Ça doit être étrange d'être reconnu dans la rue par des fans qui t'interpellent en criant "Superman!" ?
En fait, on me reconnaît assez peu. Sauf quand je suis en compagnie de Michael (Rosenbaum, qui tient le rôle de Lex Luthor). C'est lui qui attire le plus l'attention des fans avec sa tête chauve ! Une nuit, Michael et moi dormions dans le même hôtel et je voulais lui montrer la superbe piscine olympique située à l'extérieur du bâtiment. Mais, comme il était tard, les grilles étaient fermées et le gardien m'a refusé l'entrée. Soudain, Michael est arrivé et le gardien l'a reconnu. Il lui a dit : "Oh c'est vous, j'adore votre série. Pas de problème, je vous ouvre les portes, restez aussi longtemps qu'il vous plaira". Moi, il ne m'avait pas du tout reconnu. C'est Michael la star ! [rires]
Comment t'entends-tu avec Michael Rosenbaum ?
C'est un type génial, un vrai comique qui nous fait mourir de rire sur le plateau. Il possède une énergie incroyable. Il a beaucoup plus d'expérience que moi et il n'hésite pas à me donner des conseils sur mon jeu, mais aussi sur la manière d'aborder la célébrité. Il m'a notamment dit de profiter de l'attention que les gens me portent sans prendre tout ça trop au sérieux. Est-ce que les fans verront un jour Lana succomber au charme de Clark ? Je n'en sais rien. Les scénaristes veulent visiblement faire durer les choses et accumulent les obstacles pour ne pas leur faciliter la tâche. Je trouve que la tension entre eux est excitante et sexy. C'est très agréable à interpréter. Si Lana et Clark finissent par former un couple, il faudra que ça se fasse progressivement. Ils doivent d'abord apprendre à mieux se connaître.

Facebook

Publicité

Nuage de tags